MES BLESSURES ME PERMETTENT-ELLES DE M’AIMER A MA JUSTE VALEUR ET DE CONDUIRE MA VIE COMME JE LE VEUX VRAIMENT ?

Je retrouve par hasard une vieille chanson que j’écoutais en boucle et en secret lorsque j’avais 15 ans… la BO film d’Histoire d’Ô
Avec ses jolies paroles qui me faisaient rêver…
Aujourd’hui, je frissonne encore sur le refrain …
« Je ne suis que de l’Amour, c’est ma seule vérité, je n’ai qu’une liberté aimer
Je ne suis que de l’Amour, je suis faite pour donner, je n’ai rien à demander
Je ne que de l’Amour, un instant d’éternité »
Curieux ou curieuse de l’écouter : https://youtu.be/SwCI18SmTZs

J’ai assisté hier à une conférence de Michael Gallasch, mon partenaire sur deux stages que j’organise.
Thème : nos blessures, que choisissons-nous d’en faire ?
Quel curseur est ce que je pose sur mes blessures, ce qu’elles impliquent dans mon choix de vie, mes décisions, des bonheurs ou des malheurs que je vis, des maladies que nous développons (je suis en bonne santé, gratitude)…

Base : les 5 blessures selon Lise Bourbeau : le rejet, l’abandon, l’humiliation, l’injustice, la trahison
Où est mon curseur à moi ? Michael aime à dire que de travailler sur ses blessures c’est les nourrir, les alimenter. J’ai compris les choses de la façon suivante, finalement si je ne sors pas du schéma de ma ou mes blessures, je ne serai pas en mesure de changer ce que je souhaite dans ma vie.
Comment m’extirper de cette spirale aspirante de mes blessures qui me font souffrir et me rassurent aussi parce que c’est la seule chose que je connaisse vraiment bien de moi. Aller vers l’inconnu même s’il y a espoir que c’est mieux, cela fait terriblement peur. C’est donc cette peur que je dois affronter pour toujours agrandir cette zone de confort.
Une conférence passionnante et remuante. Comme à son habitude, Michael pousse nos limites intimes très loin, son empathie, sa clairsentience nous bouscule, on ne peut lui raconter des histoires, même celles auxquelles nous croyons au plus fort. Certains d’entre nous se sont livrés, intimement, offrant comme un cadeau à l’assemblée la possibilité de vivre une autre facette intime de soi-même. J’ai retrouvé en elles une facette de moi-même.

Étonnant de découvrir dans cette projection l’état dans lequel je suis aussi. Excellent outil de travail que je retiens.
Alors au final : quoi faire ?
C’est plutôt simple :
ou
Je choisis la peur et je continue d’alimenter mes blessures qui conditionneront le restant de ma vie
ou
Je choisis l’Amour, et je choisis de vivre autrement – on ne guérit jamais de ses blessures mais je choisis d’en faire autre chose pour avancer

Je pense qu’aimer c’est bien plus intéressant 🙂
Un pas de plus pour être heureuse !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close