untitled2

Combien de jardins de honte dissimulés dans le parterre de l’histoire des êtres humains ?
Comment retrouver cette part magique de nous-même après tant de violence, comment imaginer l’espoir de retrouvailles douces et aimantes sur la ligne d’un horizon tremblant qui me parait infranchissable ?
Comme Alice, ce matin, à la pointe du jour, je suis passée de l’autre côté du Miroir. J’ai plongé tête la première à la recherche inconsciente de ce qui m’avait été volé. J’ignorais surtout qu’on me l’avait dérobé… Du fond des océans, je vois poindre la lumière du flambeau, ma puissance innée de Femme. Par le lien. Celui que tissent inlassablement les tisserands de cet amour ineffable à la Vie…

untitled3

Lorsqu’ils exterminèrent les femmes, dans un abîme de larmes, de sel, de sang et de flammes, vidant ainsi les villages de la chaleur tendre des foyers, ils subtilisèrent également la puissance des hommes les laissant perdus et exsangues d’amour.
La Vie sacrée se cambra de douleur le flanc béant, on gela les rituels honorant les cycles de vie et de mort … Le Sacré se retira dans la grotte secrète attendant le retour de mages et magiciennes qui rallumeront sa mémoire.

Aujourd’hui, je me suis prosternée le cœur lourd, j’ai porté le deuil, à travers le Temps et les siècles, et j’ai accompagné les millions d’hommes, jeunes et moins jeunes qui avaient perdu leurs femmes, leurs fiancées, leurs amantes, leurs mères et leurs filles, je pleure sur un malheur innommable qui plongea l’histoire de l’humanité occidentale dans les ténèbres.
Saviez-vous qu’environ neuf millions de femmes, jeunes femmes, jeunes filles et fillettes ont été tuées, torturées et mises au bûcher. Sous prétexte d’être des sorcières.
Entre le quatorzième siècle et le dix-huitième siècle, ils tuèrent ma mère, mes mères, mes sœurs, mes tantes ….Il y a quelques siècles, certains hommes de pouvoir, avides et agissant au nom d’un dieu extérieur, ont amputé cette région du monde de sa matière la plus précieuse : le savoir empirique des femmes provenant d’une transmission du plus profond des âges.
Pendant trois siècles… c’est encore si proche dans notre histoire contemporaine.
Nous sommes issues d’une civilisation récente qui a mutilée sa chair en enlevant ses femmes, muselant le savoir et interdisant la transmission. Les mères se sont tues pour protéger leurs filles. Le savoir oral s’est volatilisé et les secrets furent absorbés dans les voiles de la Mémoire vivante bafouée.
Qu’avions-nous donc perdu ? : Le Savoir intuitif, profond et féminin, resté longtemps suspendu dans la mémoire du temps. La sagesse des sorcières, la connexion divine, le lien de la Terre au Ciel. Elles avaient le pouvoir de la mise au monde consciente, célébraient les cycles de la vie et de la mort. Puis un jour, une poignée de décideurs et penseurs, clergé et noblesse confondus, ont choisi de garder le Ciel et de bannir la Terre.
Ils ont relégué la Femme au rang de pécheresse et de l’impur, ces femmes simples qui honoraient leur foyer, travaillaient aux champs, prenaient soin de leurs familles avec l’aide des plantes et la magie des intentions, elles avaient la science des lunes et le contrôle de leur fertilité.
Le monde était magique de conscience. Notre appartenance aux lois de l’univers nous reliait au sacré. Nous aimions en conscience. Hommes et femmes savaient reconnaître et saluer le sacré en chacun de nous et en la Nature qui les entouraient.
Depuis, le miroir flotte dans les limbes de nos mémoires, la meurtrissure de notre déconnexion à nous-même est encore vive.
Mais elles reviennent, ces sorcières bien-aimées, en silence, elles se réunissent et ensemble consacrent le savoir qui resurgit. Elles se le transmettent en murmures de fierté et de chagrin de ce si triste passé. Dessillant les yeux, elles soulèvent les pans de ce trésor enfouis et non éteint.
Ils avaient réprimé nos corps, mon corps de Femme. Bâillonné notre sagesse, ma sagesse par la peur. Les siècles de sanglots de toutes les reines de ce continent baignent encore cette partie du monde par sa tristesse.

untitled3

Un Pas de plus pour être plus heureuse ?

M’APPLIQUER A VIVRE PLUS EN CONSCIENCE, PRENANT GARDE A SALUER LE SACRE EN MOI ET EN CHACUN DE CELLES ET CEUX QUI CROISENT MA ROUTE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s