FEU SACRE OU COMMENT SE PRÉPARER A VIVRE MAGNIFIQUEMENT (ET POURQUOI PAS EN 2017 ) ?

untitled9

« Les seuls gens qui existent pour moi sont les déments, ceux qui ont la démence de vivre, la démence de discourir, la démence d’être sauvés, qui veulent jouir de tout en un instant, ceux qui ne savent pas bailler ni sortir un lieu commun, mais qui brûlent, qui brûlent, pareils aux fabuleux feux jaunes de chandelles romaines explosant comme des poêles à frire à travers les étoiles »
Sublimes paroles de Jack Kérouac, dans « Sur la route »

Vous l’aurez remarqué, j’aime souvent quand tout s’allume, de préférence de mille feux, quand tout s’anime, se met à vibrer, intensément avec des étoiles resplendissantes qui clignotent dans les galaxies de chaque être que je rencontre …
J’aime voir, percevoir ces danses intérieures propres en chacun de nous, cette touche d’authenticité émouvante dont naît l’ être véritable.

Feu sacré : le feu que les prêtresses de l’Antiquité entretenaient dans les temples, plus tard transformé en une sorte d’ardeur des sentiments. Des sentiments se déclinant en noblesse de coeur à transmettre entre individus jusqu’à l’enthousiasme nécessaire pour accomplir une tâche importante.

Est-ce qu’on peut vivre avec l’éclat de ce feu sacré tous les jours ? Bien sûr que non, vais-je vous répondre en souriant. Il faut bien un peu de repos.
Autre question : la passion est-elle de mise à nos jours pour vous ?

Comment faire alors pour vivre non seulement avec saveur et aussi avec profondeur ? Vivre simplement ou, entreprendre, créer sa société, son association, réaliser son projet : comment faire flamber le feu sacré ? Quel en est le moteur ? La passion, l’envie, le rêve, la folie au regard des prudents ? Qu’est ce qui porte ainsi cette déraisonnable raison à alimenter ce feu des dieux ?

J’ai un brin de passion pour celles et ceux qui vivent leur amour avec une ferveur insoupçonnée. Celles et ceux qui surfent sur leur puissance de création, en solitaire ou en groupe, flirtant avec les limites de la convenance. Et cette intention en tête que toute action posée est faite en lien avec son prochain. J’aime les héros et les héroïnes. Le monde, l’univers en est truffé comme des bombes à retardement qui feront exploser une pensée de plus en plus normative.
(C’est le romancier Haruki Murakami qui dit :
« Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense ».)

Je m’enflamme donc dès que je suis en admiration, d’un homme, d’une femme, d’une musique, d’un roman, de l’intelligence noble, d’un moment unique, de la beauté d’une action, d’un projet, j‘adore les « jusque-boustistes », je me répands, je déborde de mots et d’amour, je porte aux nues …
Parfois, il me semble savoir parfaitement où je vais, puis les lignes se troublent et je sais moins précisément vers où me diriger. Le vif de la vie est fluctuant.
Seul le feu sacré me permet d’éclairer le chemin inconnu qui s’ouvre devant moi.

Quel pas de plus pour être heureuse ? :
Regarder et voir. Ecouter. Questionner.

 

untitled9

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s