L’AVENTURE DE PENSER

untitled11

Penser ma vie
Un droit ? c’est indiscutable
Un besoin ? pour moi, sans doute pas pour tous
Un devoir ? qui pourrait me l’imposer, sinon moi-même ?

M’aimer moi-même
Un droit ? il est inaliénable
Un besoin ? essentiel pour moi, pas pour tous
Un devoir ? qui pourrait me l’autoriser sinon moi-même ?

Les minutes s’égrènent et s’élancent comme des fines bulles, le temps que je savoure s’envole puis revient vers moi inlassablement, les journées se fluidifient comme une poudre douce et dorée à travers mes doigts.

Je valse dans mon monde, ce monde est l’œuvre de ma vie. Tout ce que j’ai vécu, ce que je vis, ressens, analyse, capte ou interprète appartient à mon monde. Et mon monde côtoie celui des autres. J’ai parfois l’impression farfelue que nous formons une superbe galaxie de cœur et de vivance (vivance : « ce rayonnement, cette lumière intime qui nous habite et qui émane de nous à certains moments de notre vie » Jacques Salomé), malgré tout nous restons notre propre planète émotionnelle.

Certains aiment écrire leur vie, moi j’aime me pencher sur mes pensées. Elles sont issues de mon monde. Peut-être s’accorderont-elles à celles d’autres qui écrivent ou lisent. Il est un fait que j’aime me rêver, étudier ma singularité. Et étudier celles de tous les êtres qui gravitent dans ma sphère.
Ces univers impénétrables et mystérieux que nous sommes tous, tout un chacun, éveille ma curiosité. Cela dit, si la vie était sérieusement explicable, elle ne serait qu’ennui.

C’est le tissu des destins entremêlés que je trouve fascinant. Et ce sont nos actions liées à nos intentions qui créent le monde tangible dans lequel nous évoluons au quotidien.
La magie de cette aventure de penser jaillit de l’intérieur de mon monde et non de l’extérieur.
Ceux qui tiennent la vie comme un combat de corps à corps, qui sont le plus proches d’elle, ne seraient-ils pas ceux qui survivent (pauvreté ou maladie) ou ont survécu (épreuves diverses) : chaque jour qui se vit est un nouveau défi de vie pour continuer la danse qui se propose.
Penser est une chose, l’action est ce qui donne le ciment à ma pensée.

Un pas de plus pour être heureuse ? Je pense et je me mets en action.

 

untitled11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s