INTERPRÉTER CE QUE MON MONDE NE PEUT COMMUNIQUER AU TIEN…

untitled4
 
Nos univers personnels sont sans cesse dans la mouvance d’une valse acrobatique. Le plus merveilleux serait de pouvoir harmonieusement accompagner ce mouvement pour éviter les percussions blessantes de nos galaxies qui, inéluctablement, créent des dommages collatéraux parfois bien inutiles.
 
Mon monde et ses vécus intérieurs sont ce qui fait qui je suis. Mon monde n’est pas le tien et c’est naturel. Ce que je sais du monde ne sera jamais connu que de moi. Je garde en moi ma vision, parce qu’elle est en grand partie incommunicable à l’autre.
Alors vivre en paix, tous ensembles, sans se heurter serait-il possible ? Nous nous emberlificotons si souvent dans nos trajectoires. Saperlipopette, quelles histoires parfois 
untitled5
 
Ces mondes qui nous appartiennent de façon si intime sont nos territoires. Le respect de mon territoire implique ta « non intrusion » sur mon territoire.
« Permets-moi cette liberté de vivre ce que j’ai à vivre, aussi cruelle qu’elle te semblerait être. Apprends-moi à me responsabiliser en respectant mon territoire, mon monde. Certes, il y a des règles de vie communes ou en société à suivre, mais dès lors qu’il s’agit de mon intégrité, de mes émotions, laisse-moi les vivre comme la vie m’insuffle de le faire. Quitte à ce que je me fasse mal, que je me blesse aux aspérités de la vie. Comment parviendrais-je à m’élever, à avoir du discernement si par souci excessif de sécurité pour moi, tu me coupes à tout apprentissage de la vie ? Ces montagnes à franchir, c’est moi qui dois en gravir les sentiers, non toi.
Et puis, il y a intrusion parce que tu voudrais que je modèle mon monde sur le tien… Que je nivelle mes valeurs aux tiennes. Comment sais-tu qu’elles me conviennent puisque tu le sais à présent, nos mondes se côtoient et sont incommunicables même si nous dansons ensemble ? Tout ce que tu sais de moi, ce que tu vois de moi n’est que ton interprétation à travers le prisme de ton monde à toi.
Pourquoi cherches-tu sans cesse à contrôler ce que je fais, à vouloir me changer, à émettre ton avis sur ce qu’il te semblerait le mieux pour moi.
Si tu cessais d’intruser sur mon territoire, cela me ferait du bien peut-être… Je suis qui je suis et les expériences que j’ai à vivre sont les miennes. Qu’elles soient agréables, géniales ou torturantes.
Nous co-existons, nous co-développons, nous co-créons, je n’ai jamais entendu qu’il était possible de co-vivre, parce que l’expérience de vivre est intime, personnelle, intrinsèque à qui je suis dans ce monde qui n’est que le mien.
C’est ce mystère qui fait la beauté de qui nous sommes, mon ami. »
 
Le pas de plus pour être heureuse ? rester sur mon territoire, respecter celui des autres
untitled4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s