DU CONNU VERS L’INCONNU … ET DE L’INCONNU JUSQU’À L’INEXPLORÉ

Je navigue en permanence entre ce que je maîtrise et ce qui me dépasse.
Cette part de moi que je connais dans le rouage parfait de mes habitudes, de mes certitudes, de mon conditionnement, sur mes expériences passée, de mes connaissances. Je connais ma figure, je sens le pourtour de mes muscles et ressens les effleurements sur ma peau. Je palpe et j’étreins, je vois et je touche, je renifle et je goûte.

Cet univers est tangible et définissable. J’en ai repéré les limites, prouvables, rassurantes, sécurisantes. J’ai la représentation du monde et de moi-même dans ma finitude. Je peux décrire le monde, édicter mes règles et accepter celle de la société dans laquelle je vis. C’est une dimension repérable de ma vie. Mon expérience terrestre dans ma toute puissante « humanitude » et étonnante « animalité » et une légèreté insoutenable de l’être.

untitled13

Et puis il y a le reste, de l’inconnu à l’inexploré … Le ciel dont je ne puis mesurer l’immensité, de l’invisible que mes sens ne peuvent appréhender, la couleur du monde tel un bleu immatériel et fluide qui glisse entre les doigts, la vibration de la mélodie du violon. Le sentiment de joie qui frappe sans crier gare et qui repart. La voie d’aventure, cette inconnue qui s’ouvre tous les jours à moi et dont je ne sais pas ce que je puis découvrir après. Un monde hors de moi et dont je fais en même temps paradoxalement et intégralement parti.

Un ailleurs vif et décisif qui me dépasse : l’élan de vie qui pousse à créer, qui surgit d’un nulle part mystérieux et qui investit l’être qui est en processus de création, en mouvement d’action… Elle repose sur l’inconnu dans une pulsion profonde, le vertige d’un inexploré ou ma conscience humaine avance sans même qu’elle ne s’en rende compte.
Quelque chose qui pourrait être de l’ordre du feu du Nagual des chamans.

Cette acuité aux espaces qui nous entoure peut être troublant, cela dit cette capacité n’est pas propre à moi seulement, elle a été donnée à tout être humain qui naît.
Je suis moi-même un miracle de création au même titre que mon chat, que l’escargot sur ma pelouse le merle sur la branche ou l’arbre qui vit dans la forêt. Dans cet univers de miracle, je rejoins et me fonds dans la musique divine qui habite l’espace dans sa vibration la plus pure.

untitled13

Quel pas de plus pour être heureuse ?
Libérer ma louve intérieure et devenir une belle sorcière douce qui composera avec les deux univers qui s’entrecroisent à mon insu ?
Plus sérieusement : apporter mon potentiel à m’occuper des êtres que j’aime, à chérir les instants de paix, à remercier le Ciel de cette chance, qui tous les jours m’apporte mon pain et la chaleur de mes amis ?
« Aucune loi ne peut être tenue pour sacrée si ce n’est celle de ma propre nature » : cette loi sacrée de ma propre nature pour cultiver le sacre de mes liens avec une communauté humaine et fraternelle ?

 

untitled14

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s